La bibliothèque des cœurs cabossés (Katarina Bivald)

Borken Wheel Katarina Bivaldrating-heart

Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine.
Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés –, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance.

la-bibliotheque-des-coeurs-cabosses

Certains livres ne trompent pas, ne déçoivent pas mais rendent tellement heureux ! Tout était parti pour bien commencer quand j’ai repéré cette merveille à la couverture adorable chez un libraire. Et puis j’ai lu le résumé et il ne m’a pas fallu beaucoup plus pour être directement conquise. J’ai directement eu un coup de cœur pour ce roman avant même de l’avoir ouvert et j’espérais vraiment qu’il me plaise, ce qui fut le cas. Maintenant il est rangé bien en évidence dans ma bibliothèque et je suis sûre que je le relierais encore parce qu’il est devenu mon livre doudou, cette histoire qui m’a parue écrite pour moi .
.
Le récit retrace donc les aventures de Sarah, a laquelle il n’est pas bien difficile de s’identifier lorsqu’on est comme moi une lectrice passionnée. Tout en elle respire la gaieté, la gentillesse mais aussi la rêverie qui l’éloigne parfois un peu trop du monde réel. Les noms de chapitre m’ont d’ailleurs fait beaucoup rire puisqu’une sorte de duel se mettait en place entre la littérature et sa propre vie, comme si elle faisait le parallèle dans sa tête  Littérature : 2 – Vie : 1. Cependant à Broken Wheel, elle réapprend à vivre, elle trouve enfin sa place alors qu’elle était seule, perdue et incomprise. Je l’ai vraiment trouvée très attachante, la manière dont elle se raccroche un peu désespérée à cette ville de fous :) Tous les personnages du live d’ailleurs paraissent très réels et humains, chacun se débattant comme il le peut avec ses propres soucis (mon préféré restant Georges je crois).
.
L’atmosphère qu’a créée Katarina Bivald rend cette petite ville abandonnée, magnifique à sa manière. Même si elle est isolée, quelque peu délaissée, elle n’en demeure pas moins accueillant et amicale. Les conspirations des habitants pour concurrencer la ville de Hope -au combien méprisable !- montrent bien qu’ils restent soudés telle une famille en toute circonstance. Et puis le fait que la littérature soit au coeur du livre m’a vraiment beaucoup plu, on découvre pleins de références plus ou moins connues qui donnent envie de continuer à se plonger encore et encore dans les livres. Je regrette juste de ne pas un jour pouvoir rencontrer Amy puisqu’elle a l’air tellement passionnante et avec un cœur en or.
.
Pour conclure ce livre est je dirais un bel hommage à la littérature mais pas que: c’est avant tout l’éloge de la vie, des liens amicaux ou sentimentaux qui peuvent se créer entre des habitants d’un même endroit. Beaucoup pourront se reconnaître dans toutes ces situations parfois drôles ou émouvantes. Pour les amoureux des livres, je conseille vivement ce livre qui pourrait plaire, un roman feel good en toute simplicité. A vous de découvrir maintenant ce charmant petit village et la bibliothèque d’une petite suédoise.
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :